0890177588 3€ l'appel " Site privé Agence Nationale Télé Service " Distinct de l'administration

Une visite médicale pour le permis de conduire tous les 15 ans ?

Permis de conduire : le Parlement européen vote contre la visite médicale obligatoire tous les 15 ans.

Le droit au permis à vie des Français est-il en danger ? Les 27 et 28 février prochains, le Parlement européen examinera la possibilité d’instaurer une visite médicale tous les 15 ans pour maintenir le permis de conduire. Cette proposition, portée par la députée européenne écologiste Karima Delli, suscite cependant des divergences en France, même parmi les acteurs de la sécurité routière.

L’objectif de cette obligation est de lutter contre la mortalité routière en évaluant la santé des conducteurs à travers des tests d’ouïe, de vue et de réflexes cognitifs, affirme Karima Delli. Elle souligne les chiffres alarmants, avec 20 000 décès annuels sur les routes françaises et 160 000 blessés graves en Europe. Cependant, cette mesure ne fait pas l’unanimité, et des voix s’élèvent contre son application.

En France, où la réglementation est déjà parmi les plus souples en Europe, des médecins agréés à l’aptitude à la conduite existent, au nombre d’environ 4 000. Le Dr. Philippe Lauwick, l’un de ces médecins, rappelle qu’ils peuvent déjà s’opposer au maintien d’un permis pour des raisons médicales, citant des pathologies incompatibles avec la conduite. Il propose plutôt d’informer la population et les professionnels de santé, en réalisant des visites ciblées sur les personnes atteintes de pathologies.

Cependant, des doutes persistent quant à l’efficacité d’un examen tous les 15 ans, avec des études du Conseil européen de la sécurité des transports ne montrant pas de lien clair entre visites médicales et diminution de la mortalité routière. Des associations telles que la Prévention routière remettent en question cette mesure, tandis que la Ligue de défense des conducteurs et 40 millions d’automobilistes la considèrent discriminatoire envers les conducteurs âgés.

Karima Delli répond à ces critiques en soulignant que la visite obligatoire serait dès l’obtention du permis, rejetant ainsi l’idée d’une discrimination envers les conducteurs plus âgés. Actuellement, le texte est en attente d’approbation par le Parlement européen, et si celle-ci est obtenue le 28 février, il devra encore être voté par le Conseil de l’Union européenne pour être définitivement adopté en France.